Encore appelée « l’île aux fleurs », la Martinique est une région insulaire de la France. Elle est située dans les Caraïbes, dans l’archipel des Petites Antilles. Avec une superficie totale de 1 128 km2, l’île est à 32,5 km au nord de Sainte-Lucie et à 41 km au sud-est de la Dominique. La Martinique compte 34 communes pour une population d’environ 388 364 habitants (selon un recensement réalisé en 2015). Le chef-lieu de la Martinique est Fort-de-France. Destination privilégiée par des milliers de touristes chaque année, la Martinique est également connue pour ses plantations de canne à sucre et la qualité de son rhum. Découverte par Christophe Colomb en 1502 le jour de la Saint-Martin, la Martinique est un territoire dont l’histoire est relativement récente. Voici donc l’histoire de la Martinique !

La Martinique dans la période précolombienne

Selon certaines théories, les Petites Antilles dont fait partie la Martinique auraient connu la présence humaine durant la période paléo-indienne, c’est-à-dire entre -10 000 et -5 000 ans avant notre ère. Cependant, aucune preuve tangible ou historique ne l’atteste jusqu’à présent. Les premières traces d’hommes auraient plutôt commencé à partir de -5 000 ans av. J.-C. Il s’agirait des peuples chasseurs-cueilleurs qui se déplacent au gré de leurs besoins (surtout alimentaires). C’était la période maso indienne.

La présence des Amérindiens en Martinique a été attestée à partir du 1er siècle de notre ère par des fouilles archéologiques. Il s’agit des peuples de culture saladoïde, ceci en raison de l’origine du site éponyme de Saladero dans l’actuel Venezuela. On les appelait aussi les Arawaks. Ces habitants se distinguaient particulièrement par leur maîtrise de l’artisanat, de l’agriculture et des techniques de navigation et de pêche. Avec le temps, les Arawaks ont dû fuir devant les nouveaux arrivants que sont les Indiens Caraïbes. Mais, peu de temps après l’arrivée de Christophe Colomb en 1502, les Indiens Caraïbes ont été à leur tour chassés et décimés par les soldats européens.

La Martinique à partir de Christophe Colomb

C’est le 15 juin 1502, jour de la Saint-Martin, que Christophe Colomb découvre la Martinique au cours de son quatrième voyage vers les Indes. Il était arrivé précisément sur le site de ce qui est aujourd’hui la commune du Carbet. Mais, celui-ci ne fit qu’un passage bref dans l’île qui était toujours occupée par les indigènes, c’est-à-dire les Indiens Caraïbes, et ce pendant plus d’un siècle avant le débarquement des premiers Européens : les Français.

Les Français ont donc pris possession de la Martinique à partir du débarquement du flibustier Pierre Belain d’Esnambuc le 15 septembre 1635. Les premiers colons agissent pour le compte de la Compagnie des îles d’Amériques créée la même année par le cardinal de Richelieu. Ils fondent le Fort-Saint-Pierre et ensuite le Fort-Royal qui deviendront les villes de Saint-Pierre et de Fort-de-France.

Une cohabitation difficile

La cohabitation entre les colons français et les Indiens Caraïbes était en dents de scie. Il y avait des périodes d’ententes et d’autres plus sanglantes. Ainsi, à la fin du XVIIe siècle, les Caraïbes ont dû quitter l’île de la Martinique. Mais, pour conserver leurs traces, les communes comme Case-Pilote ou Rivière-Pilote nommées en l’honneur de chefs caraïbes sont restées. Les colons y développent la culture de l’indigo, du café, puis de la canne à sucre. Cette économie agricole se base sur la traite négrière qui sera règlementée à partir de 1685 avec notamment la publication du « Code noir » par Colbert, ministre des Finances de Louis XIV.

Durant les premières décennies de l’occupation française, l’île est productrice de denrées coloniales fournissant de forts profits. Il s’agit essentiellement du tabac, du cacao et de la canne à sucre dont la production a longuement dominé l’économie de la Martinique.

La Révolution

Au cours des guerres de la Révolution, la Martinique est conquise par les Anglais en 1794. Ceux-ci empêchent l’abolition de l’esclavage. Mais, l’île est ensuite récupérée par la France à l’issue du traité d’Amiens. L’esclavage y est cependant maintenu par Napoléon. La Révolution de 1848 trouve un écho en Martinique. Les esclaves se révoltent alors afin que l’abolition de l’esclavage s’applique sans délai. Ils finiront par l’obtenir en mai 1848. C’est François Perrinon, le premier mulâtre à intégrer l’École polytechnique, qui apporte les décrets d’abolition de l’esclavage depuis Paris quelques jours plus tard. Après l’abolition de l’esclavage, on constate une introduction progressive de la main-d’œuvre indienne. A la chute du Second Empire, la bourgeoisie de couleur s’installe dans le paysage politique, et la Martinique est toujours représentée au Parlement depuis 1871.

Le début du XXe siècle est l’occasion de grèves pour réclamer une meilleure reconnaissance de la part de l’Hexagone. Environ 23 000 Antillais et Guyanais partiront de Fort-de-France pour se battre en Europe durant la Grande Guerre de 1914-1918. La Martinique réclame dès 1938 par une résolution unanime son assimilation en département français.

Une nouvelle ère à partir de 1946

Le 19 mars 1946, la Martinique devient un département français et est représentée par 4 députés et 2 sénateurs. Cette victoire survient après de longs débats au parlement. La vie politique et économique de l’île est de mieux en mieux structurée. Ainsi, en 1982, la Martinique est devenue une région de la France grâce notamment à la loi Defferre. La Martinique est donc actuellement à la fois un département et une région de la France.

Quelques dates clés de l’histoire de la Martinique

  • 15 juin 1502 : Découverte de la Martinique par Christophe Colomb au cours de son quatrième voyage dans les Indes ;
  • 1635 : Arrivée de Pierre d’Esnambuc en Martinique ;
  • 1636 : Arrivée des premiers esclaves en provenance du continent africain dans les Antilles françaises ;
  • 1674 : La Martinique est rattachée à la couronne de France sous Louis XIV ;
  • 1685 : Etablissement du Code noir par Colbert pour régir la vie des esclaves ;
  • 1848 : Abolition de l’esclavage ;
  • 1902 : Eruption volcanique de la montagne Pelée. Environ 27 000 personnes sont tuées, et la ville de Saint-Pierre est détruite. Fort-de-France devient alors la capitale de la Martinique ;
  • 1946 : La Martinique devient département français ;
  • 1982 : La Martinique est érigée au rang de région française.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here