Localisée au centre de l’archipel des Caraïbes, la Martinique fait partie de l’ensemble des Petites Antilles ou « île au vent ». Ses côtes sont trempées par l’Océan Atlantique à l’Est et par la mer des Caraïbes à l’Ouest. Se trouvant à environ 7000 km de la France et à 3150 km de New York, la Martinique possède un patrimoine géographique, historique et culturel impressionnant. Découvrez dans cet article tout ce que vous pouvez retenir sur la Martinique.

Géographie

Le territoire de la Martinique s’étend sur 1100 km, sa plus grande longueur mesure 80 km et sa plus grande largeur mesure 39 km. Un relief jeune et vif caractérise le Nord de l’île avec comme point plus culminant la Montagne Pelée de 1397 m. On y retrouve des forêts denses, des rivières et des cascades.

Au centre de la Martinique, c’est la plaine du Lamentin qui effectue la transition avec la région du Sud ayant un relief doux et ancien. En ce qui concerne la côte sud, elle regorge de multiples baies et anses très pittoresques. Mais ce qui suscite plus la curiosité géologique à l’extrême sud de l’île est la savane des pétrifications.

En outre, il faut noter que le climat de la Martinique est relativement doux et la chaleur n’y est pas souvent excessive. 26 °C est la température moyenne qui règne sur l’île en été. En raison de ses conditions climatiques exceptionnelles, la Martinique possède une flore et une faune riches d’innombrables espèces. Cependant, les mangoustes que vous découvrirez en Martinique ont été introduites par l’homme.

Les dates mémorables de l’histoire de l’île

Christophe Colombe a débarqué en Martinique en 1502 pendant son 4e voyage vers le Nouveau Monde. À cette période, l’île était occupée par les Indiens Caraïbes qui avaient chassé les Arawaks. Ces derniers étaient originaires de la vallée de l’Orénoque. Madinina (l’île aux fleurs) était alors le nom que portait la Martinique.

En septembre 1635, Pierre Belain accoste en Martinique et construit sur l’endroit de son débarquement le Fort de Saint-Pierre.

De 1635 à 1658, les guerres incessantes d’escarmouches favoriseront l’élimination totale des Caraïbes par les Européens. Et, l’intégration de la canne à sucre par les Hollandais renvoyés du Brésil marquait le début d’une économie du sucre. Grâce à cette dernière, de grands domaines et les Habitations ont vu le jour. Comme le relatent les documentaires sur la Martinique, cette époque a été également ponctuée par l’instauration de la traite des noirs comme main-d’œuvre.

L’année 1685 marque l’établissement du « Code Noir » de Colbert qui régit officiellement la vie des esclaves jusqu’en 1848. C’est en effet au cours de cette année (1848) que Victoir Schoelcher abolit l’esclavage et la main-d’œuvre indienne fut introduite de façon progressive.

Population et culture


Il existe une grande diversité dans la population de la Martinique. Cette pluralité est liée au métissage entre les populations qui ont successivement occupé l’île. Les amérindiens, les européens, les africains, les levantins, les indiens et les asiatiques sont ces différents occupants. Et, Fort-de-France est le chef-lieu où vit environ plus du quart de la population.

Selon de nombreux documentaires, la Martinique est une terre de tradition et de culture en raison de :

  •  Son héritage d’artisanat ;
  •  Sa littérature riche d’écrivains de renoms et de grands poètes ;
  •  Sa gastronomie ;
  •  La musique et la danse.

En outre, il faut noter que les confessions religieuses sont très représentées en Martinique. Et, la langue officielle est le Français. Cependant, tous les Martiniquais s’expriment en créole. Cette langue est issue de la rencontre entre le vieux français, l’anglais, les dialectes africains et de la survie du vocable amérindien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here